Pierre et Judas

1er septembre 2018

Parmi les disciples, le Seigneur en choisit douze pour être avec lui et les envoyer prêcher ; il les institua comme Apôtres. Parmi ces douze hommes choisis par le Seigneur Jésus, il y avait Pierre et Judas ! Les deux ont trahi, cependant leurs destins sont différents.

Ces deux hommes font partie des disciples du Seigneur Jésus. Ils ont entendu ses enseignements, ils ont été témoins de ses miracles, ils ont mis en lui leur confiance au point de tout laisser pour le suivre. Les deux ont été choisis par le Seigneur Jésus, appelés par lui pour être apôtres, c’est-à-dire être avec lui, les envoyer prêcher, aller partout où lui-même, le Seigneur Jésus, devait aller, et préparer ainsi le chemin. Les deux ont eu le cœur touché, saisi par la Parole, la vie, le témoignage du Seigneur Jésus. Ils l’ont accompagné ensuite dans sa mission, encore témoins de ses enseignements, de ses miracles, parfois de ses échecs, supportant avec lui la douleur des oppositions, l’humiliation du rejet. Ils ont souffert avec lui. Ils sont restés.

Les deux, pourtant, ont trahi. L’un et l’autre ont cru savoir mieux que le Seigneur Jésus ce qu’il fallait faire, ce qu’il fallait dire, ce qu’il fallait penser. L’un et l’autre, ennivrés sans doute par la confiance qui leur était faite, enorgueillis par la mission qu’ils avaient reçu, peut-être sans vraiment sans rendre compte, ont voulu prendre la place de celui qu’ils voulaient suivre et servir. Au lieu de suivre, ils se sont mis en avant ; au lieu de servir, ils ont voulu se servir.

L’un et l’autre ont pris conscience de leur erreur, de leur trahison. L’un et l’autre ont trahi. Ils ont trahi Celui qui avait mis en eux sa confiance, ils ont trahi son message, ils ont trahi non seulement la mission qui leur était confiée mais aussi les Apôtres et tous les disciples, c’est-à-dire toute l’Eglise.

Mais c’est là que leurs destins se séparent. Judas, enfermé dans ses certitudes, humilié par ses erreurs et ne les acceptant pas, ni sa trahison s’est condamné lui-même et s’est suicidé. Pierre, se laissant regarder par le Seigneur Jésus, s’est laissé relever par son amour de miséricorde, et se repentant de son péché, est revenu vers le Seigneur Jésus, et se remettre à l’oeuvre.

abbé Bruno Gerthoux, curé de Robion et des Taillades