Car rien n’est impossible à Dieu.

14 avril 2018

En fêtant l’Annonciation, nous avons entendu à nouveau le début de l’Evangile de saint-Luc, et le récit de cette annonce de l’Ange Gabriel à la Vierge-Marie, qui l’encourage et l’affermit dans la foi en lui disant « car rien n’est impossible à Dieu ».

Chaque jour, lorsque nous prions l’Angelus (le matin au commencement de la journée ; en milieu de journée au cœur de nos activités ; le soir, lorsque tout est achevé), en faisant mémoire de cette Annonciation, c’est aussi cela que nous mettons devant nos yeux, et dans notre cœur, comme pour réentendre nous aussi et réaffirmer chaque jour « rien n’est impossible à Dieu ».

Le matin, alors que nous allons commencer notre journée, nos activités, nos rencontres et sans doute aussi affronter des épreuves et des difficultés, il est bon de garder cette espérance, comme une porte ouverte : rien n’est impossible à Dieu. Au milieu de la journée, faisant une pause, peut être déjà fatigués par certaines activités, peut être découragés, il est nécessaire de redire que « rien n’est impossible à Dieu », pour nous préparer à nous remettre à l’oeuvre avec détermination et confiance. En fin de journée, lorsque nous sommes rentrés chez nous, en regardant en arrière, ce que nous avons fait, ceux que nous avons rencontrés, peut être déçus ou insatisfaits, alors pour ne pas nous laisser abattre, il faut chanter « rien n’est impossible à Dieu ».

Il ne s’agit pas d’une espèce de méthode Coué religieuse, mais d’un acte de foi et d’espérance. Il ne s’agit pas de le redire comme on pourrait lancer une vaine invocation, mais par là de nous encourager nous-mêmes à nous mettre en chemin.

Ce qui est au cœur de l’Annonciation, c’est non seulement l’annonce faite par l’ange, mais aussi l’écoute vigilante, intelligente, curieuse et aimante de la Vierge Marie et encore son consentement. Elle dit oui ! Qu’il me soit fait selon ta Parole. C’est prendre conscience que Dieu ne nous abandonne jamais, qu’Il est toujours là dans sa Parole qui demeure dans notre mémoire, touche notre cœur et éclaire nos choix et notre volonté.

Notre Dieu attend ce consentement de tout notre être, avec patience et persévérance. Dieu est là, qui attend, qui dit et répète, qui frappe à la porte de notre cœur. Rien n’est impossible à Dieu, et il attend que notre cœur consentement à oeuvrer par sa grâce. Rien n’est impossible à Dieu, mais trop souvent, c’est nous qui l’oublions, qui le laissons de côté, qui ne prêtons pas attention à sa Parole, qui ne permettront pas que son œuvre s’accomplisse.

Rien n’est impossible à Dieu, mais il veut avoir besoin de nous, de chacun de nous, quelles que soient nos limites, nos faiblesses et nos pauvretés.

abbé Bruno Gerthoux, curé de Robion et des Taillades