le plus grand parmi vous, sera votre serviteur

18 mars 2017

C’est la conclusion de Notre Seigneur après un long discours sur les pharisiens et les scribes. Le Seigneur dénonce leur attitude par laquelle ils se donnent bonne conscience, et se posent en juge des autres. Ils s’établissent comme la « mesure de la foi ». Concrètement, ils estiment que ce qu’ils font est bien, que c’est la bonne et juste mesure de la foi. En conséquence, ils jugent ceux qui font moins qu’eux, comme des laxistes, et ceux qui font « mieux », comme si c’était des fondamentalistes. Dans tous les cas, ils se servent de la foi, pour se faire les juges des autres, surtout lorsqu’ils sont différents d’eux. Ils ne sont pas les serviteurs de leurs frères, ils s’en font leurs maîtres et leurs juges. Le Seigneur nous met en garde : « n’agissez pas d’après leurs actes » !

Et le Seigneur nous exhorte : « le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé ». Il est important que nous comprenions et vivions notre foi comme un service, à la manière de ce que nous enseigne le Seigneur : « vous m’appelez maître et seigneur, et vous avez raison, car vraiment, je le suis ! Si donc, moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds... je vous ai donné un exemple afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous » (cf. Jn 13), et Il ajoute encore « je ne suis pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner ma vie en rançon pour la multitude » (cf. Mt 20, 28) et encore « je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (cf. Lc 22, 27).


Nous mettre à la suite du Seigneur Jésus, dans la foi, c’est nous faire serviteurs ! Serviteurs de nos frères par la charité, serviteurs du Christ par la foi, serviteurs de la grâce de Dieu en ce monde, par l’espérance. Le serviteur est celui qui trouve sa joie en servant son maître, et en défendant ses intérêts. Etre serviteurs de notre Dieu, c’est lui laisser la première place, dans notre coeur et dans nos vies.

Si nous comprenions notre foi comme un service, une grâce, un charisme par lesquels Dieu oeuvre, cela renouvellerais notre façon de comprendre et de vivre notre foi.

Abbé Bruno Gerthoux, curé de Robion et des Taillades